En juin, célébrons l’eau !

logo_goutte_rgb_2021-1.png

Saviez-vous que depuis 2017, le mois de juin est décrété comme étant le « Mois de l’eau » par le gouvernement du Québec, afin de sensibiliser la population à prendre soin de cette ressource ?  Tout un mois dédié à l’eau! Cela peut sembler étonnant pour certains. En effet, au Québec, cette ressource nous apparaît souvent comme abondante et inépuisable. Et pourtant, cette apparence est trompeuse : l'eau est une ressource fragile et ce, même dans notre province. Les enjeux et les risques qui y sont associés sont majeurs, notamment pour les municipalités, en termes de qualité et de quantité mais aussi en ce qui a trait à la sécurité civile.

C'est pourquoi il est important de protéger cette ressource et d'adopter dès maintenant des pratiques d'utilisation durables. Tout un défi nous direz-vous ! Oui, en effet, mais rien n’est impossible grâce à la participation de tous et à notre volonté collective.

#StratQcEau #Moisdeleau #QcFierPartenaire

L’eau retourne à l’eau

L’édition 2021 se penche sur le phénomène du ruissellement et de ses impacts sur nos cours d’eau et nos lacs. Cette année, le Mois de l’eau fait donc la promotion des activités liées à une meilleure gestion de l’eau de pluie chez soi et invite les citoyen(ne)s à passer à l’action pour préserver l’eau, notre patrimoine collectif essentiel à la vie.

Le saviez-vous.gif

Un volume de ruissellement élevé dégrade la qualité de l’eau et entraîne des impacts sur les écosystèmes aquatiques. Les surfaces imperméables, telles que les toitures et les sols bétonnés ou asphaltés, en sont la principale cause. Puisque cette eau s’évacue rapidement, sans être filtrée, absorbée ou ralentie par des végétaux, les risques d’inondation ou de déversement sont plus grands durant les périodes de fontes ou de précipitations abondantes. Bien que l’eau de ruissellement soit souvent d’apparence claire, elle est l’une des plus grandes sources de pollution de nos cours d’eau.

Juin Mois de l'eau | Source : OBV Québec

eau de pluie et ruissellement

On nomme « eaux de ruissellement » le surplus d’eau n’ayant pas réussi à s’infiltrer dans le sol ou à s’évaporer, s’écoulant à la surface du sol. Ces eaux sont généralement constituées d’eaux pluviales, c’est-à-dire les eaux de pluies et de fonte des neiges, qui ruissellent à la surface du sol et se jettent dans des cours d’eau. L’eau doit normalement s’infiltrer dans le sol, où elle sera absorbée par les arbres et plantes, ou encore ira recharger les nappes phréatiques d’eau souterraine.

Or, lorsque le sol est saturé d’eau et qu’il ne peut pas en absorber plus (suite à une très forte pluie par exemple), l’eau reste à la surface du sol et n’est pas filtrée. De même, lorsque le sol est imperméable (ex : béton, asphalte, toiture, cap de roc, sol argileux, forte pente, etc.), l’eau ne pourra pas pénétrer le sol. Cela provoque le ruissellement d’eau pouvant encore contenir des polluants. Les eaux de ruissellement entraineront ces polluants dans les rivières et les cours d’eau où elles termineront leur course. Le ruissellement des eaux a, par le fait même, des impacts négatifs sur la qualité de l’eau, l’érosion et la recharge de la nappe phréatique.

13_amenagement.png

Comparaison entre un bon et un mauvais aménagement | Source: ROBVQ

Les impacts du ruissellement

Au Québec, le ruissellement est le principal moyen de transport du phosphore et il varie en fonction des saisons (il est particulièrement fort à la fin de l’hiver et au début du printemps). Plus les débits d’eau de ruissellement sont grands, plus la concentration de phosphore dans ces eaux est grande. Malheureusement, le phosphore accumulé dans les plans d’eau cause de grandes perturbations à l’environnement et a un impact négatif sur les activités humaines. Il cause par exemple l’eutrophisation accélérée des lacs et favorise l’apparition de cyanobactéries.

09_cycle_sociohydrologique.png

Cycle sociohydrologique | Source: ROBVQ

L'effet bande riveraine : la filtration | Source: OBV Saguenay

De plus, le ruissellement de fort débit entraine une érosion des sols et peut causer la perte de terrain pour les propriétaires habitant aux bords de lacs et de cours d’eau, ou encore des pertes de terres cultivables en agriculture. L’eau ruisselant à la surface du sol ne s’infiltre pas dans le sol et ne peut donc pas recharger la nappe phréatique, diminuant la quantité d’eau souterraine disponible.

Enfin, certaines substances présentes dans l’eau de pluie, comme du pollen, du sable, des pesticides et des engrais, des déjections animales, des métaux lourds et des produits du pétrole peuvent contaminer les plans d’eau jusqu’où les eaux de pluies ruissellent. Pourtant, l’eau qui passe dans le sol est filtrée et libérée de ses polluants, ce qui signifie que si l’eau pouvait s’infiltrer dans le sol, les impacts des polluants dans l’eau de pluie seraient grandement diminués.

14_permeabilite.png

Perméabilité des sols | Source: ROBVQ

Les changements climatiques

Les changements climatiques influencent le cycle de l’eau, qui lui, explique les différentes étapes où l’eau peut se trouver. Les précipitations tombent au sol, la pluie s’infiltre pour rejoindre la nappe phréatique ou ruisselle vers les cours d’eau, la neige s’accumule au sol jusqu’au dégel et pour terminer, la transpiration des végétaux et l’évaporation des eaux forment les nuages. Ainsi, le réchauffement climatique en général accélère ce cycle, ce qui augmente la quantité et la force des précipitations. Lorsque des grandes quantités d’eau se retrouvent au sol, le ruissellement se fait plus rapidement, empêchant toute infiltration de l’eau dans le sol. Le drainage des terres se produit avec force, entraînant un apport important en contaminants dans les plans d’eau. Finalement, les impacts environnementaux sont alors amplifiés, c’est pourquoi il est important de connaître l’enjeu, pour aménager notre terrain de façon à diminuer le ruissellement.

Des jardins de pluie pour la sauvegarde de nos milieux | Source : COBARIC

Que puis-je faire?

Il existe plusieurs façons de limiter le ruissellement de l’eau, notamment en diminuant les surfaces imperméables sur son terrain, en établissant des voies d’eau ou des jardins de pluie ou encore, en installant une bande riveraine. Il est aussi possible de récupérer l’eau à la source, en installant des collecteurs d’eau pluviale.

Devenez  Acquacitoyen.ne

Nous pouvons tous devenir des aquacitoyen(ne)s en mettant en place des mesures dans notre cour pour favoriser l’infiltration de l’eau dans le sol et donc, réduire le ruissellement !

Vous êtes un(e) aquacitoyen(ne) motivé(e) ? Besoin d’autres idées inspirantes pour contribuer à la protection et à l’utilisation durable de l’eau ? 

Cliquez sur la goutte pour connaître quelques trucs faciles pour réduire le ruissellement chez soi.

logo_goutte_rgb_2021-1.png

Sources:

OBVAJ, 2021. L’eau de pluie et de ruissellement. Québec. [En ligne]

 

ROBVQ, 2021. Mois de l'eau. Québec. [En ligne]

 

ROBVQ, 2021. Fiches sur l’aménagement et l’entretien des propriétés résidentielles. Québec. [Outil à télécharger – format PDF]

ROBVQ, 2021. Guide d'accompagnement Autodiagnostic municipal en gestion durable des eaux pluviales. Québec. [Outil à télécharger – format PDF]

UNIVERSITÉ DE LAVAL, 2021. Les eaux de ruissellement. Québec. [En ligne]

UNIVERSITÉ DE NEBRASKA, 2021. Conception d’un jardin de pluie : guide pour choisir l’emplacement et les dimensions. Ext. Lincoln. USA [En ligne]

Cette initiative est prévue dans le Plan d'action 2018-2023 de la Stratégie québécoise de l'eau, qui déploie des mesures concrètes pour protéger, utiliser et gérer l'eau et les milieux aquatiques de façon responsable, intégrée et durable. 

En partenariat avec :

38_logo_robvq.jpg
téléchargement.png
21_logo_obv.jpg