OBJECTIFS DE CONSERVATION

DES MILIEUX HUMIDES ET HYDRIQUES

 

MISE EN CONTEXTE

 

LOI SUR LA CONSERVATION DES MILIEUX HUMIDES ET HYDRIQUES (LCMHH)

L’Assemblée nationale, en date du 16 juin 2017, adoptait la Loi concernant la conservation des milieux humides et hydriques (LCMHH) (2017, c. 14). Cette dernière engendre des modifications à la Loi affirmant le caractère collectif des ressources en eau et favorisant une meilleure gouvernance de l’eau et des milieux associés (2009, c. C-6.2), autrement appelée la Loi sur l’eau. Notamment, la Loi sur l’eau précise le mandat des OBV dans une optique de mise à jour de son PDE en ce qui concerne la conservation des milieux humides et hydriques.

En effet, la conservation des milieux naturels s’imbrique dans la démarche d’élaboration des plans régionaux des milieux humides et hydriques (PRMHH) telle qu’exigée aux municipalités régionales de comté (MRC). Ces dernières doivent, à l’échelle administrative, identifier les milieux naturels qui devraient être visés par la protection ou la restauration. Pour ce faire, les MRC sont invitées à consulter les plans directeurs de l’eau (PDE) des OBV, et ce, tout en tenant compte des préoccupations des acteurs membres de la table de concertation.

BVSM en profite ainsi pour faire d’une pierre deux coups!

©Daniel Gagnon

 

LES MILIEUX HUMIDES ET HYDRIQUES (MHH) : QUE SONT-ILS ?

Il s'agit de lieux d'origine naturelle ou anthropique qui se distinguent par la présence d'eau permanente ou temporaire. Ces lieux peuvent se retrouver partout et occuper différentes caractéristiques. 

 

Les sections suivantes définissent en détail les différents types de milieux humides et hydriques. 

LES MILIEUX HUMIDES

Les milieux humides sont des écosystèmes constitués de terres inondées ou saturées d'eau.

Ces milieux sont reconnaissables grâce à la multitude d'espèces fauniques et floristiques unique à ces milieux. De plus, les milieux humides possèdent un type de sol typique. 

Interconnectés avec les milieux hydriques, les milieux humides rendent de nombreux services aux humains : 

  • Approvisionnement en eau douce pour la consommation humaine; 

  • Filtration des eaux et des éléments nutritifs; 

  • Prévention des inondations par la capacité de rétention des eaux; 

  • Protection contre l'érosion due aux herbiers; 

  • Production biologique élevée. 

LES MILIEUX HYDRIQUES 

Les milieux hydriques sont des zones constituées d'un lac ou d'un cours d'eau à débit régulier ou intermittent. 

Ces derniers sont représentés par une succession d'écosystèmes, soit le littoral, les rives et la plaine inondable. 

FICHES TÉLÉCHARGEABLES

 

Fiche concernant le littoral

Fiche concernant les rives

Fiche concernant les plaines inondables

Fiche concernant les rivières et les ruisseaux

Fiche concernant les lacs

RIMG3803.JPG
 

FONCTIONS ÉCOLOGIQUES ET SERVICES ÉCOSYSTÉMIQUES

LES BIENFAITS DES MHH

Nombreuses fonctions écologiques sont assurées par les milieux humides et hydriques. Ces dernières résultent des diverses interactions entre les composantes vivantes (faune, flore, etc.) et non vivantes (air, eau, sol, etc.) du milieu, et ce, sans tenir compte des transformations anthropiques. En définitive, elles permettent le maintien de l'équilibre au sein des écosystèmes naturels. 

 

Les services écosystémiques, pour leur part, découlent des processus biologiques et physicochimiques qui se produisent dans les différents milieux. Ils représentent des bénéfices directs ou indirects pour les humains. 

 

Ainsi, les fonctions écologiques et les services écosystémiques sont interreliés. En effet, une fonction écologique peut contribuer à la réalisation de plusieurs services et vice-versa, un service écosystémique peut découler de l'interaction de plusieurs fonctions. 

 

Sources : 

Limoge, 2009. Biodiversité, services écologiques et bien-être humain. Le Naturaliste canadien, vol. 133, no. 2, Société Provancher d'histoire naturelle du Canada, pages 15 à 19. En ligne. https://www.agrireseau.net/agroenvironnement/documents/Services_ecologiques.pdf

Ministère de l'écologie, de l'énergie, du développement durable et de la mer (MEEDDM), 2010. Projet de caractérisation des fonctions écologiques des milieux en France. En ligne. http://temis.documentation.developpement-durable.gouv.fr/docs/Temis/0066/Temis-0066664/Point_51.pdf

Picture1.png

Régulation du niveau d'eau

Écran solaire et brise-vent naturel

Filtre contre la pollution, rempart contre l'érosion et rétention des sédiments

Séquestration du carbone

Engagement

Conservation de la diversité biologique

Qualité du paysage

IMG_0029.JPG
 

LES MILIEUX HUMIDES DANS LA ZONE DE GESTION INTÉGRÉE DE L'EAU DE LA RIVIÈRE SAINT-MAURICE

Un peu plus de 11 % de la superficie totale du bassin versant de la rivière Saint-Maurice est composés de milieux humides. En définitive, cela signifie qu'environ 4 700 km2 du territoire d'intervention est représenté par des tourbières, des marécages, des marais ou encore des étangs. 

La représentativité de ces derniers, telle qu'exposée dans le graphique ci-contre, est variée, bien que la majorité soit des tourbières. Ces dernières sont autant boisées qu'ouvertes. 

Les tourbières de type ombrotrophe (3,93 % du total des tourbières du BV) sont « caractérisées par une végétation adaptée aux conditions d'humidité (nappe phréatique élevée) et au manque de nutriments. » Ce type de tourbière est généralement représenté par une eau acide (pH < 4,5) et par une végétation dominée par la sphaigne et quelques résineux (mélèze et épinette noire). ​

 

Pour leur part, les tourbières de type minérotrophe (1,97 % du total des tourbières du BV) sont caractérisées par « une nappe phréatique élevée, mais avec un très lent drainage ». Ce type de tourbière est présent le long des pentes faibles et est représenté par une eau acide à alcaline (pH > 4,5 et < 7,5). Leur végétation est majoritairement composée de mousses et de plantes herbacées. 

 

Source : https://tourbehorticole.com/quest-ce-que-la-tourbe/les-proprietes-physio-chimiques-des-tourbieres/

 

LES MILIEUX HYDRIQUES DANS LA ZONE DE GESTION INTÉGRÉE DE L'EAU DE LA RIVIÈRE SAINT-MAURICE

Le réseau hydrique du bassin versant est imposant :

 

  • Présence d'environ 36 000 lacs sur la zone de gestion intégrée de l'eau de BVSM, ce qui représente environ 10 % de la superficie totale du bassin versant ; 

 

  • La rivière Saint-Maurice, soit le cours d'eau central du bassin versant, est d'une longueur totale de 381 km entre sa source (réservoir Gouin) et son exutoire (Fleuve Saint-Laurent) ; 

 

  • Quinze principaux tributaires se jettent dans la rivière Saint-Maurice, dont les plus importants sont les rivières Matawin, Manouane, Trenche, Vermillon, Wabano et Croche ; 

 

  • Les débits de la rivière Saint-Maurice sont importants. Au niveau du réservoir Gouin, le débit annuel moyen est équivalent à 181,07 m3/s et ce dernier augmente en fonction de l'apport d'eau des différents tributaires. Ainsi, au barrage La Gabelle, le débit annuel moyen atteint 772,11 m3/s. 

Tableau milieu hydrique.png
RIMG2284.JPG
 

DÉMARCHE D'ÉLABORATION DES OBJECTIFS DE CONSERVATION DES MILIEUX HUMIDES ET HYDRIQUES

Comme exigé par le ministère de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MELCC), les OBV du Québec doivent produire des activités de concertation auprès des acteurs de l'eau de leur zone de gestion intégrée de l'eau (ZGIE) afin de formuler des objectifs de conservation des milieux humides et hydriques. Ces derniers doivent être intégrés à l'échelle du bassin versant. 

 

En définitive, les objectifs déterminés doivent, au 15 juin 2021, se retrouver dans le plan directeur de l'eau des divers OBV. Ces objectifs doivent présenter les conditions suivantes : 

 

  • Être minimalement au compte d'un pour les milieux humides et d'un pour les milieux hydriques ;

 

  • Être élaborés de façon concertée avec l'ensemble des acteurs de l'eau afin de représenter les besoins de ces derniers, tout en mettant l'accent sur le milieu municipal ;

 

  • Être produits à l'échelle de la ZGIE ; 

 

  • S'appliquer en priorité au territoire privé des ZGIE ;

 

  • Se baser sur des connaissances existantes et disponibles ; 

 

  • Produire des objectifs stratégiques, spécifiques et mesurables.

 

De plus, les objectifs doivent être approuvés par la table de concertation de l'OBV avant d'être transmis au MELCC. 

INITIATIVES DE BVSM DANS LA DÉMARCHE D'ÉLABORATION DES OBJECTIFS DE CONSERVATION DES MILIEUX HUMIDES ET HYDRIQUES (MHH)

Rencontre de la table de concertation afin de déterminer les grands objectifs qui se retrouveront dans le PDE

BVSM désire connaître votre opinion face à l'importance que les acteurs de l'eau accordent à la conservation des milieux naturels. Afin d'assurer la pérennité des ressources en eau et des écosystèmes, nous désirons cibler les moyens d'intervention prioritaires à mettre en place. 

 

Pour plus d'information, cliquez ici

BVSM, par le biais d'un atelier participatif, désire rencontrer les différents acteurs de l'eau de son territoire afin d'établir leurs préoccupations et leurs besoins face aux milieux naturels. 

 

Ces derniers serviront de base pour l'élaboration des OCMHH.

 

L'atelier a eu lieu le 16 février 2021. Pour plus d'information, veuillez cliquer ici

Les comités de concertation, créés initialement afin d'augmenter la visibilité de BVSM sur l'ensemble de son territoire d'intervention et d'améliorer la qualité de l'eau de la ZGIE, auront pour mission d'appuyer la table de concertation de l'organisme dans l'élaboration des objectifs de conservation des milieux humides et hydriques. 

 

Pour plus d'information, veuillez cliquer ici

À venir

** Veuillez prendre note que cette page Internet est itérative. Elle sera mise à jour en fonction des développements dans l'élaboration des milieux humides et hydriques. Merci pour votre compréhension. **